Le meilleur de la Fashion Week de Londres

La capitale anglo-saxonne, réputée pour son style new wave, jeune et urbain, a été témoin, comme chaque mois de septembre, de la fashion week printemps-été de l’année suivante. Autrefois très convoitée, elle n’a duré que quatre jours, étant ainsi la plus courte du fameux Big Four. Cependant, les marques se sont multipliées et n’ont pas pour autant déçu l’audience, en présentant des collections aussi raffinées que farfelues. Retour en vidéo des défilés qui ont fait vibré Londres cette semaine.

Burberry Prosum SS16

Topshop Unique SS16

Ashish SS16

Christopher Kane SS16

Simone Rocha SS16

Le meilleur de la Fashion Week de New York

Il fut un temps où la fashion week new-yorkaise était mineure. Jadis, elle était peu commentée et les fashions weeks européennes la dominaient. Désormais, elle s’affirme fièrement. Avec sa propre application sur l’App Store et un site web permettant la diffusion des défilés en direct, la popularité de la fashion week de New York a considérablement augmenté. Et pour cause, elle a duré sept jours, au même titre que la fashion week de Paris et de Milan ! Quant à celle de Londres, elle sera déjà terminée dans trois jours.

L’événement de la semaine : le défilé Givenchy

Dix ans jour pour jour après les attentats du 11 septembre, la maison française Givenchy qui défile habituellement à Paris a offert devant plus de 800 personnes un show en plein air, sur les quais de Hudson River, à quelques pas de Manhattan. Un spectacle émouvant, très commenté sur les réseaux sociaux. Je vous propose de revivre le défilé ci-dessous.

Les couleurs sont modestes. Entre noir, blanc et beige, le tout reste classique. Tissus, matières et fantaisie font la différence. Entre bijoux soigneusement placés sur le visage, fourrure harmonieuse et douce soie, le tout est envoûtant, mené par une musique classique orientale. De quoi tomber amoureux ! 

Coups de cœur de la semaine 

Outre Givenchy, d’autres créateurs (m’) ont totalement conquis. C’est le cas d’Anna Sui.

Ambiance tropicale au rendez-vous, les couleurs sont de sortie et les motifs estivaux aussi ! Les colliers à fleurs ne manquaient pas non plus, on se croirait en pleine île déserte, à l’autre bout du monde. Anna Sui nous a proposé un voyage des plus agréables !

La maison fondée par Oscar De La Renta a également marqué le coup.

Certes classique, il est toujours appréciable de constater que certains designs de robes romantiques et séduisantes ont un charme éternel. Un charme que la maison a toujours su parfaitement orchestrer.

Mon coup de coeur personnel reste ce défilé de la marque Libertine.

Ambiance fun et new wave, urbaine et chic, la collection parle par elle-même. J’adore !

Quant aux habitués de la fashion week new-yorkaise : Jeremy Scott, Alexander Wang, Calvin Klein, Michael Kors, Ralph Lauren, ou encore Marc JacobsIls ont imposé leurs griffes habituelles. Découvrez leurs nouvelles collections ci-dessous.

Quand les stars s’accordent les plus inattendues des fantaisies capillaires

Depuis quelque temps, les tenues extravagantes ne sont plus assez. Les célébrités jouent donc avec ce qu’elles ont de plus cher : leurs cheveux. Et ça marche. La plupart du temps, les résultats sont à la hauteur de leurs espérances et permettent aux starlettes de figurer à la Une.

Cara Delevingne : La vie en rose

La semaine dernière, celle qui fit parler d’elle pour sa perruque rose à la babydoll n’est autre que la mannequin et actrice Cara Delevingne. Assistant à un concert de sa girlfriend Annie Clark, plus connue sous le nom de St Vincent, la belle londonienne a fait des mirages. Ce n’est pourtant pas la seule qui séduit grâce à une chevelure située entre esthétique emo, culture japonaise et influence punk. Certaines stars ont même l’audace de se teindre réellement les cheveux, à leurs risques et périls.

Kylie Jenner et ses folies colorées

Celle qui a popularisé le mouvement est la jeune Kylie Jenner. Malgré ses 17 ans, elle parvient à imposer son style.

 Du vert au rose, en passant par le bleu, alternant réelles colorations et simples perruques, rien n’arrête l’adolescente. Le mois dernier, elle déclarait sur son compte Twitter, avec enthousiasme :
Embedded image permalink

« J’ai fait le bleu roi, cyan foncé, cyan clair et bleu ciel… Quoi pour la suite? Je devrais essayer une autre couleur! »

Georgia May Jagger voit en grand (et en couleurs)

Kylie Jenner a lancé une réelle bombe et une des dernières sur la liste est Georgia May Jagger, qui a fièrement arboré sa nouvelle chevelure rainbow pour la première fois il y a quelques semaines.

Chevelure de sirène ou de princesse Disney ? Nous ne saurons jamais. Mais la fille du vétéran des Stones a osé, et j’adore ! Cela s’accorde parfaitement avec ses yeux verts et sa peau claire. La british girl a choisi une teinture multicolorée pour cette période estivale et nous n’aurions jamais pensé que ça lui aille si bien. Le milieu des mannequins s’enflamme donc et popularise le mouvement. Hier, une photo de Gigi Hadid a fait surface, et surprise, la voilà ornée de mèches bleu pastel ! Accordées à sa chevelure blonde, voilà un mélange explosif !

Gigi Hadid craque pour le light blue

La couleur est parfaitement bien choisie, Gigi Hadid est à ravir. Par ailleurs, le virus ne touche pas uniquement les starlettes du monde de la mode. Nous vous proposons un petit diaporama haut en couleurs ! Célébrités du milieu de la chanson, du cinéma… Ils ont eux aussi déjà franchi le cap. Rétrospective d’une tendance qui remonte à quelques décennies passées.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

     

Les plus belles esquisses signées Yves Saint Laurent

Derrière tout brillant créateur se cache un grand dessinateur. Yves Saint Laurent est l’un deux. En effet, les créateurs sont de véritables artistes et ont une sensibilité esthétique incommensurable (notons que Yves Saint Laurent et son partenaire Pierre Bergé avaient une collection personnelle d’œuvres des peintres les plus convoités, en l’occurrence ; Picasso, Mondrian, Matisse, et bien d’autres). Quant à sa marque aujourd’hui nommée Saint Laurent – Paris sous l’influence d’Hedi Slimane, désormais le créateur des collections masculines de la maison, elle ne cesse d’agrandir l’empire qu’a fondé Yves, en 1961. Ce dernier était un réel prodige de la création, un ovni de la mode qui ne cessera jamais de faire rêver, même dans ses ultimes années. En 2002, lorsque le célèbre couturier décide de prendre sa retraite, la maison haute couture Yves Saint Laurent ferme à son tour ses portes. Pendant une décennie, la marque brillera dans le prêt-à-porter lors des Fashion Weeks du Big Four (deux fois par an, en septembre/octobre et février/mars), et pendant les Fashion Weeks masculines. Néanmoins, cet arrêt soudain dans la haute couture fit ombre au tableau. Quant au génie Yves Saint Laurent, il s’éteindra le 1er juin 2008, à l’âge de 71 ans. Par ailleurs, le label français a récemment déclaré qu’il renouerait prochainement les liens avec la haute couture, après 13 ans d’absence… Un come back qui ne passera pas inaperçu ! En attendant, voici les plus beaux dessins du plus grand couturier français du XXème siècle, au même titre que Christian Dior, Pierre Balmain ou encore Paul Poiret, mais aussi Coco Chanel, Nina Ricci et Jeanne Lanvin chez les femmes.

Rien n’est plus beau qu’un corps nu. Le plus beau vêtement qui puisse habiller une femme, ce sont les bras de l’homme qu’elle aime. Mais pour celles qui n’ont pas eu la chance de trouver ce bonheur, je suis là. – Yves Saint Laurent, 1983

Ce diaporama nécessite JavaScript.

© Crédits à la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent pour ces magnifiques dessins.

Cara Delevingne est l’égérie de la nouvelle campagne DKNY

La belle l’a hurlé sur tous les toits : « Les défilés, très peu pour moi ! » Mais elle n’a pas pour autant totalement coupé les ponts avec le milieu de la mode, à qui elle doit sa célébrité. Alors que sa reconversion dans le cinéma est fulgurante, Cara Delevingne est encore désirée, où qu’elle aille, par les plus grands noms. Tandis que La face cachée de Margo sortira le 12 août en salles et mettra en scène l’ancienne it girl, DKNY vient de dévoiler les premières images de sa campagne 2016. Déjà égérie la saison dernière (voir ci-dessous), Cara sera encore le visage de la marque l’année prochaine.

 

© Cara Delevingne for DKNY (2014)

La London girl est tant convoitée par le label new-yorkais qu’elle figurait cette année dans les campagnes féminine et masculine, une première ! Et DKNY, qui signifie Donna Karan New York, a encore choisi Cara Delevingne pour ses nouvelles publicités. Malgré sa retraite dans le mannequinat, Cara séduit, Cara fascine, et surtout, Cara fait vendre. Découvez ci-dessous les premières images de la campagne 2016 de DKNY.




© Cara Delevingne for DKNY (2015)

Dans l’univers d’Orlebar Brown et ses maillots de bain ultra chic

Basée à Londres et lancée en 2007, Orlebar Brown est une marque émergente qui crée aujourd’hui tous types de vêtements. Pourtant, à sa création, tout était consacré aux maillots de bain masculins. Désormais mixtes et toujours aussi attrayants, les swimsuits Orlebar Brown sont certes peu accessibles, mais ont néanmoins gagné de la notoriété.

Nous créons des shorts de bain qui ne sont pas vraiment pour le bain, ce sont des shorts dans lesquels vous pouvez nager. Des shorts que vous pouvez porter à la plage, au bord de la piscine, mais qui sont assez plaisants pour vous accompagner lorsque vous allez boire un verre et manger au restaurant.Adam Brown, fondateur de Orlebar Brown

Le retour en force du short de bain ¼

Le short de bain ¼, c’est le short très prisé dès le début du XXème siècle. Il s’étend du bas du ventre jusqu’au premier quart de la jambe. Plutôt court, il est de nouveau tendance depuis quelques années, et Orlebar Brown l’a bien compris. Depuis 2007, la marque propose uniquement des shorts plus ou moins courts.

 

Sur les modèles ci-dessus, les motifs sont particulièrement classiques et les couleurs assez rétro, j’adore ! Une ceinture est intégrée au maillot et apporte ce côté « passe-partout » qui est propre à la marque. Néanmoins, Orlebar Brown propose aussi des modèles plus fantaisistes, avec des photographies qui ont office de design principal.

 

Ces shorts de bain peuvent paraître kitsch au premier abord, mais je les trouve personnellement joliment colorés. Les tons sont chaleureux et s’accorderaient merveilleusement bien avec un polo blanc qui rendrait le tout aussi décontracté que chic. Mais LE modèle qui m’a totalement séduite est ci-dessous.

L’imprimé est novateur et réaliste, les matières imitées tel que le jean sont à ravir. Cependant, ces maillots de bain ont un coût. Les acheteurs compulsifs devraient être raisonnables cette fois-ci. Ou pas. Quoi qu’il en soit, les monokinis et bikinis sont également prisés, et Orlebar Brown propose des modèles tous aussi alléchants que ces shorts de bain. Il y en a pour tous les goûts! Alors mesdames, si vous chérissez le luxe, c’est pour vous!

Monokinis… Bikinis… En veux-tu, en voilà !

Plutôt monokini ? Ça tombe bien ! Souvent associé au maillot athlétique par excellence, il se révèle pourtant comme un atout chic à ne pas sous-estimer. Il côtoie Hollywood et Beverly Hills depuis ses plus belles années car il sait se montrer glamour et convoité. Orlebar Brown a retenu la règle et propose des monokinis originaux qui se démarquent.

 

Entre imprimé de tableau impressionniste et d’affiche américaine des 60s, ces monokinis sont séduisants et sortent de l’ordinaire. Les tons sont chauds et froids à la fois, un mélange d’eau et de feu explosif qui se dévoile sexy. Mon modèle de maillot de bain (monokinis et bikinis mélangés) fétiche demeure celui ci :

 J’aime beaucoup la ceinture blanche qui a un aspect assez vintage et bling bling. Elle s’accorde parfaitement bien au bleu roi qui habille le maillot de bain. À la fois pop, 60s et élégant, ce monokini est sublime et intemporel. Orlebar Brown a également proposé des bas de bikinis avec ceinture amovible comme vous pouvez le voir ci-contre.

Mon coup de coeur reste cependant le monokini pour sa singularité et son côté hollywoodien. Orlebar Brown est donc une marque qui mêle avant tout classique et avant-gardisme, sur des tons pimpants. Pour découvrir la totalité des collections de maillots de bain et bien plus encore, je vous invite à visiter le site web de la marque ici. Les modèles ne sont pas donnés, loin de là, mais pourraient par ailleurs en inspirer certains. Qui sait ?

Lily-Rose Depp : Un avenir prometteur pour l’adolescente

À seulement 16 ans, la fille de Johnny Depp et Vanessa Paradis gravit dors et déjà les échelons, un à un, sans la moindre présomption. Lily-Rose Depp fascine et joue avec la caméra, que ce soit pour le cinéma, la mode ou les paparazzi. L’adolescente ne laisse personne indifférent. Sur le red carpet, dans la rue, arborant le catwalk, elle est au sommet et s’impose comme une des nouvelles célébrités que tout le monde s’arrache. Reportage sur une enfant star qui séduit continuellement.

Un pied (ou les deux) dans le monde de la haute couture

Embedded image permalinkC’était le mois dernier : Lily-Rose Depp faisait son apparition surprise sur le runway du défilé Chanel à la Fashion Week Haute Couture de Paris, aux côtés de Lily Collins. So usual ! La belle n’a pourtant que 16 ans et se montre déjà irrésistible, mi femme fatale mi babydoll, dans sa robe et ses talons noirs. Une maturité qui fait parler d’elle, et pour cause, Lily-Rose Depp a visiblement charmé la maison Chanel, dirigée par le très célèbre (et pointilleux) Karl Lagerfeld. Serait-elle une icône de passage ou un réel mythe qui vient de naître ? L’avenir parlera. Néanmoins, la jeune femme a bel et bien déployé ses ailes. Aujourd’hui, la voilà égérie de la marque.

 

© Lily-Rose Depp for Chanel (2015)

Chanel : Une histoire de famille

Cette évolution fulgurante ne peut nous empêcher de penser à la propre mère de l’adolescente, qui n’est autre que la chanteuse Vanessa Paradis. En effet, cette dernière a commencé à travailler pour la maison Chanel dès 1991, alors qu’elle avait seulement 19 ans.

 CLjaXBiXAAAfS1j ch2Un parcours similaire à celui de sa mère se profile donc, pas dans la forme, mais dans le fond. Lily-Rose Depp est un joyau qui brille de mille feux, la réincarnation de la finesse féminine. Et elle n’hésite pas à s’afficher avec sa mère, à qui elle doit partiellement sa notoriété.

 

Les deux Chanel women se rendent ensemble aux événements de la marque et se dévoilent plus chic que jamais. La famille Paradis connaît donc un héritage aguicheur qui fait déjà fureur. Cependant, Lily-Rose Depp ne séduit pas uniquement dans les soirées VIP.

Un streetstyle rétro et attrayant qui ne trompe pas

Malgré son apparence affirmée, Lily-Rose Depp reste avant tout une teenage girl comme les autres. La rue reste un atout majeur qui lui permet de dévoiler continuellement ses talents stylistiques. 

 

Sous ses airs de lolita, la jeune fille a un style très pop, rock et grunge, tout droit sorti des 80s. Nous ne pouvons qu’adhérer ! Elle nous rappelle le streetstyle qu’arborait son père il y a une vingtaine d’années, une allure rebelle, quelque peu destroy mais enivrée de charme.

En conclusion, Lily-Rose Depp est en vogue. Propulsée sur le devant de la scène dès son plus jeune âge, la voilà aujourd’hui désirée dans les milieux les plus fermés. Une célébrité qu’elle doit à ses parents, certes, mais elle est néanmoins pourvue de style et se montre pimpante. Un petit bout de femme, pourtant déjà grand…